lundi 22 octobre 2018

La prière du coeur (3)

Une voie vers la prière incessante



Mais comment maintenir une prière continuelle dans nos multiples activités? Et d'abord combien de temps devons-nous explicitement accorder à la prière actuelle dans nos journées? En soi, la prière habituelle devrait être constante, jour et nuit. C'est le but vers lequel il nous faut tendre. Mais la prière au sens courant de prière actuelle (réciter le chapelet, adorer le Saint-Sacrement, faire l'oraison mentale ou vocale…) ne peut se faire qu'à des moments limités et déterminés. Le bon sens le dit. A la question, il n'y a pas de réponse universelle. Tout dépend de nos devoirs d'état, qui expriment la volonté de Dieu sur nous. Voici à ce sujet ce que nous dit saint François de Sales: "Il nous faut aimer l'oraison, mais il la faut aimer pour l'amour  de Dieu. Or, qui l'aime pour l'amour de Dieu n'en veut qu'autant que Dieu lui en veut donner, et Dieu n'en veut donner qu'autant que l'obéissance le permet" (Introduction à la vie dévote, 1ère partie, chap. 26).

dimanche 21 octobre 2018

L'Antéchrist, selon Mgr Fulton Sheen


Mgr Fulton Sheen fut l’un des grands prédicateurs du 20e siècle. Nous avons déjà sur ce blog parlé de lui et de ce qu'il disait sur l'Antéchrist:

On peut aussi évoquer ici Wladimir Soloviev:


 Au cours d’une émission radiophonique du 26 janvier 1947, Mgr Fulton Sheen avait expliqué les 12 moyens employés par l’Antéchrist - une figure du Nouveau Testament - pour éloigner le plus possible de gens de Dieu.
L'Antéchrist sera-t-il un personnage historique ou le symbole de mouvements de pensée qui règneront un jour sur la terre, ce qui semble avoir déjà commencé? Peu importe. Ce qui est certain c'est que la venue de l'Antéchrist sera le prélude au retour et à la victoire finale du Christ, Roi de gloire. Du moins ce que Mgr Fulton Sheen va nous dire pourra nous aider à faire un discernement dans l'actualité religieuse d'aujourd'hui! 

jeudi 18 octobre 2018

La prière du coeur (2)

Le précepte et ses déviances

Au chapitre 18 de saint Luc, Jésus donne une parabole sur la nécessité de prier sans cesse sans jamais se décourager: la parabole de la veuve et du juge inique. "Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et n'avait de considération pour personne…". Dans ce passage, la prière est mise en lien avec la foi. Il s'agit de ne jamais se décourager, d'insister et d'être même importun. Cette persévérance et cette obstination envers et contre tout dans la prière est fondée sur la foi en un Dieu qui aime et qui fait justice.

Plus loin, au chapitre 21 nous lisons de même: "Veillez donc et priez en tout temps, afin d'avoir la force d'échapper à tout ce qui doit arriver, et vous tenir debout devant le Fils de l'homme". Dans ce verset, la prière est plutôt en parallèle avec la vigilance. Il y est question de l'attente eschatologique du Seigneur dans la prière (ce qui d'ailleurs justifie la prière nocturne). La prière est donc nécessaire pour nous préparer à la tentation et la vaincre. 

La prière du coeur (1)


Le Nouveau Testament nous invite en plusieurs passages à la prière incessante, qu'on peut aussi appeler la prière du cœur. A titre d'exemples, nous pouvons citer deux géants de la charité: l'abbé Pierre et sœur Emmanuelle du Caire. Parmi d'autres, deux traits leur sont communs: d'une part, durant toute leur vie, ils se sont consacrés aux autres et se sont engagés en faveur des pauvres et, d'autre part, la fin de leur vie fut vécue dans une prière incessante. L'abbé Pierre, dans le monastère où il s'était retiré, passait sa journée devant le Saint-Sacrement, dans l'adoration silencieuse. Quant à sœur Emmanuelle, elle égrenait sans cesse son chapelet, dans la contemplation des mystères du Christ et de la Vierge.

samedi 8 septembre 2018

La guérison du sourd-muet, homélie

Dans l'évangile que nous venons d'entendre, on demande à Jésus, une fois de plus, la guérison d'un malade ; ici il s'agit d'un sourd-muet.
Nous sommes tous d'une certaine manière face à Dieu des sourds-muets. Et nous avons nous aussi besoin d'être guéris. Nous sommes sourds par exemple, parce que nous ne voulons pas toujours entendre ce que Dieu veut nous dire. Nous avons besoin de silence intérieur pour entendre la voix de Dieu. Le manque de silence dans notre vie, le manque de méditation, le manque de prière font que nous sommes spirituellement des sourds et qu'au lieu d'être ouverts à la volonté de Dieu, nous sommes prisonniers de notre volonté propre, de nos rêves, de notre imaginaire et de nos passions.

jeudi 6 septembre 2018

Les jeunes, article pour la revue Radouga

Quelques réflexions sur les jeunes d'aujourd'hui


Sur le thème de la foi, la vocation et les jeunes, je voudrais vous proposer quelques réflexions et pensées qui me tiennent à cœur. Elles ne sont pas exhaustives mais mettent en lumière quelques aspects importants de la situation actuelle.

Fécondité et vocations

Le signe de la présence du Saint-Esprit dans une personne, une communauté ou une institution, c'est la fécondité. La troisième personne de la Sainte Trinité est en effet l'éternelle fécondité en Dieu. A l'origine, l'Esprit planait sur les eaux pour féconder la création. Par exemple, si une communauté religieuse a des vocations et si de nombreux jeunes la rejoignent, c'est bien parce que cette communauté est féconde et que l'Esprit l'anime. Par contre une communauté moribonde où depuis des années il n'y a plus aucune entrée est probablement une communauté sans avenir et d'où l'Esprit semble être sorti. Toutefois pour ces communautés, l'avenir reste inconnu et une résurrection est toujours possible. On a ainsi vu que l'arrivée d'un nouveau supérieur dans une communauté qui semblait morte, un supérieur rempli de l'Esprit, amenait à nouveau des vocations. On peut ici penser à la prophétie des ossements desséchés qui reprennent vie, que nous trouvons dans le prophète Ézéchiel : Alors il me dit : « Fils d'homme, ces ossements pourront-ils revivre ? » Je répondis : « Seigneur, c'est toi qui le sais ». Il me dit : Prophétise sur ces ossements, tu leur diras : Ossements desséchés, écoutez la Parole du Seigneur! Voici ce que dit le Seigneur à ces ossements : Je vais faire qu'un esprit entre en vous, et vous vivrez (Ez. 37, 3-5). Mais la règle générale est bien celle-là : là où demeure l'Esprit, il y a fécondité, il y a vie. De même si dans une paroisse naissent des vocations à la vie sacerdotale ou religieuse, c'est le signe que cette paroisse est bien vivante.

lundi 13 août 2018

La Force du silence

L'assomption homélie


Dans l'orient antique, circulaient de pieuses légendes, des récits apocryphes sur le départ de cette terre vers le ciel de la Mère de Dieu, et elles sont reprises dans la deuxième homélie sur la dormition de saint Jean Damascène. Ces traditions inspirent les textes de l'office byzantin de ce jour ainsi que la grande fresque de cette fête, que j'ai sous les yeux dans la nef de cette église. Vous aurez tout loisir d'admirer cette fresque après la liturgie.
Marie, dans les dernières années de sa vie, était revenue à Jérusalem et elle passait son temps dans la prière et la contemplation en visitant les lieux où son divin Fils avait opéré notre salut : le cénacle, le chemin de la croix, le calvaire et le saint sépulcre. Elle aspirait de plus en plus à rejoindre son fils dans le ciel et elle sentit sa fin approcher.

mardi 31 juillet 2018

Renaître d'en haut

C'est un livre fondamental qu'a écrit le Père Joël Guibert : Renaître d'en haut. Une vie renouvelée par l'Esprit Saint (Éditions de l'Emmanuel, 2008). Il s'agit ni plus ni moins de tout un traité de vie spirituelle, et qui reprend des enseignements traditionnels qui vont de saint Jean de la Croix à sainte Thérèse de Lisieux, en passant par sainte Thérèse d'Avila, saint Louis-Marie Grignon de Montfort, saint Maximilien Kolbe ou Marthe Robin, et j'en passe. Le thème fondamental est qu'une vie chrétienne authentique consiste en un basculement dans le Saint-Esprit. Il ne s'agit plus de faire des choses pour Dieu, mais de les faire en Dieu, à partir de Dieu. L'ouvrage se divise en deux parties. La première est une autobiographie, dans laquelle l'auteur raconte l'histoire de sa vocation, sa vie de prêtre et comment à partir de ses épreuves il en est arrivé à se donner totalement à l'Esprit, en particulier grâce à une de ses vieilles paroissiennes, Mercedes, une personne lumineuse, complètement habitée par l'Esprit. La deuxième partie consiste à décrire ce que signifie et comment se livrer à l'Esprit.

jeudi 5 juillet 2018

Jésus guérit les malades et chasse les démons, homélie

Homélie pour le septième dimanche après la pentecôte dans le rite byzantin, où on lit l'évangile de la guérison de deux aveugles et d'un démoniaque muet (Matthieu 9, 27-35)

En plusieurs passages, l’Évangile nous brosse un sommaire de l'activité missionnaire de Jésus durant son ministère public. Il nous est dit entre autres que Jésus guérissait des malades et expulsait des démons. Par sa Croix et sa Résurrection, le Fils de Dieu a vaincu le diable et le mal sous toutes ses formes. Jésus a donné à ses disciples toute autorité et mandat de faire la même chose que lui : guérir les malades et chasser les démons. Les disciples sont donc appelés à communiquer aux hommes la victoire que Jésus a acquise sur le mal, à communiquer la guérison et la libération apportées par la rédemption acquise par Jésus, notre seul Sauveur. De nos jours, cette réalité de la mission des disciples du Christ est particulièrement vécue dans le cadre du renouveau charismatique. Né dans le milieu protestant pentecôtiste, ce renouveau a pénétré l’Église catholique, d'abord aux États-Unis dans les années soixante du siècle dernier.

vendredi 29 juin 2018

L'apparition, film

Jacques(Vincent Lindon) et Anna (Galatea Bellugi)
L'apparition est un film de Xavier Giannoli sorti cette année. Il traite d'un sujet d'actualité dans l’Église d'aujourd'hui, celui des apparitions mariales, vraies ou fausses d'ailleurs. Mais dans ce domaine, on sait que la frontière entre le vrai et le faux est souvent floue. Saint Jean de la Croix nous a appris excellemment qu'un phénomène surnaturel peut venir de Dieu et être donc vrai du point de vue de Dieu, mais qu'à cause des éléments humains inhérents à ce phénomène, le faux peut se mêler au vrai, qu'il faut donc une grande prudence et qu'il faut éviter toute opinion tranchée face à ces phénomènes extraordinaires.

jeudi 28 juin 2018

Résurrection de la fille de Jaïre, homélie

L'évangile de ce dimanche nous rapporte deux miracles opérés par Notre-Seigneur : la guérison de la femme qui souffrait d'une perte de sang et la résurrection de la fille de Jaïre. On définit habituellement le miracle comme une intervention extraordinaire de la puissance divine et qui suspend le cours naturel des choses. Le miracle est un signe que Dieu fait à notre foi pour nous faire connaître sa puissance et son amour. Le miracle n'est perçu généralement que par celui qui a la foi. Celui qui refuse la foi cherchera toujours à nier le miracle en cherchant une explication rationnelle à celui-ci. C'est d'autre part la foi qui suscite le miracle, comme le Seigneur le dit si souvent dans l’Évangile : Ta foi t'a sauvé. Parfois, c'est le miracle qui fait naître la foi chez quelqu'un qui a l'âme ouverte et qui cherche loyalement la vérité. Dans ce cas, le miracle opère la conversion, mais le vrai miracle n'est-il pas alors la conversion elle-même ?

lundi 25 juin 2018

L'heure est venue

L'heure est venue : c'est le titre d'un livre que vient de publier l'abbé Joël Guibert, aux éditions Pierre Téqui. L'auteur est un prêtre du diocèse de Nantes, désormais détaché par son évêque pour la prédication de retraites. Il a déjà écrit plusieurs livres, par exemple sur la spiritualité du Cœur de Jésus, sur la dévotion mariale selon saint Louis-Marie Grignon de Montfort, sur le message de la Divine Miséricorde de sainte Faustine, ou sur la vie dans le Saint-Esprit.

vendredi 8 juin 2018

Les douze promesses du Sacré-Coeur

Les douze promesses faites par Notre-Seigneur à sainte Marguerite-Marie en faveur des personnes qui ont une vraie dévotion à son divin Cœur:

1. Je leur donnerai toutes les grâces nécessaires dans leur état
2. Je mettrai la paix dans leurs familles
3. Je les consolerai dans toutes leurs peines
4. Je serai leur refuge assuré pendant la vie et surtout à la mort
5. Je répandrai d'abondantes bénédictions sur toutes leurs entreprises
6. Les pécheurs trouveront dans mon Cœur la source et l'océan infini de la miséricorde
7. Les âmes tièdes deviendront ferventes
8. Les âmes ferventes s'élèveront rapidement à une grande perfection
9. Je bénirai les maisons où l'image de mon Cœur sera exposée et honorée
10. Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les cœurs les plus endurcis 
11. Les personnes qui propageront cette dévotion auront leur nom écrit dans mon Cœur et il n'en sera jamais effacé
12. Dans l'excès de la miséricorde de mon Cœur, son amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredis du mois, neuf fois de suite, la grâce de la persévérance finale

samedi 19 mai 2018

La grâce du Saint-Esprit

Voici quelques extraits intéressants du Catéchisme biblique, traduction d'un catéchisme allemand, publié au Cerf en 1958.

L'Esprit-Saint qui est descendu sur les apôtres et les disciples à la Pentecôte est vrai Dieu comme le Père et le Fils. C'est pourquoi il est adoré et glorifié de la même manière que le Père et le Fils.

jeudi 5 avril 2018

Homélie pour le dimanche de la miséricorde

On sait que la miséricorde tient une grande place dans la vie spirituelle du pape, comme elle était aussi au cœur de la vie de saint Jean-Paul II. Le pape François a confié un jour comment était née sa vocation. Alors qu'il était un jeune lycéen, un 21 septembre, fête de saint Matthieu, il entra dans une église de Buenos Aires, pour se confesser. A cette occasion, il fit une expérience intérieure de la divine miséricorde, qui fut si profonde, qu'il sentit qu'il valait la peine désormais d'y consacrer sa vie. Telle fut l'origine de son appel à se donner totalement à Dieu.
L'évangile que nous avons entendu nous parle justement de ce mystère. Jésus envoie ses disciples, en leur donnant le Saint-Esprit, afin qu'ils aillent dans le monde, vers les hommes, leur apporter le pardon des péchés. C'est donc le soir de la résurrection que Jésus a institué le sacrement de la réconciliation, le sacrement du pardon et de la miséricorde.

mercredi 28 mars 2018

Pâques, homélie pour la messe du jour

Frères et sœurs, les Évangiles témoignent de la foi de l’Église, de la communauté chrétienne, en la résurrection du Seigneur Jésus, de sa victoire totale et définitive sur la mal et la mort. Ce témoignage s’articule sur trois éléments qui se combinent entre eux et qui ont chacun leur importance propre : le tombeau vide, les apparitions du Seigneur ressuscité, le témoignage des Écritures, en particulier des prophètes et des psaumes.

Vendredi-Saint, homélie

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? Ce cri de Jésus sur la Croix est une parole étrange pour le croyant. Dieu n'abandonne jamais ses amis. Tant de psaumes le disent, et en particulier ce psaume 21, que Jésus reprend ici, et qui se termine par une exultation pour la délivrance que Dieu apporte à son serviteur, au terme d'une épreuve qui ne dure qu'un moment.
Nietzsche a été jusqu'à dire que Jésus à ce moment terrible avait perdu la foi et avait compris que sa mission n'était qu'une illusion. Nous ne pouvons pas être d'accord avec cette manière de voir les choses. Car après ce cri de détresse de Jésus, il y a sa dernière parole: Père, en tes mains je remets mon esprit. Oui, le cri de Jésus, se sentant abandonné, nous scandalise, et pourtant il est là mystérieusement.

mardi 27 mars 2018

La messe, sacrifice de réconciliation, article pour Radouga


La messe, sacrifice de réconciliation

Le Christ, notre réconciliation dans l'eucharistie

Par sa mort sur la Croix, Jésus-Christ a réconcilié l'humanité avec le Père et aboli les séparations entre les hommes en détruisant le mur de la haine. Il a ainsi apporté la paix véritable à l'humanité. Ce sacrifice de réconciliation et de paix est rendu présent en chacune de nos messes. Il y a une identité substantielle entre le sacrifice de la Croix et celui de la messe. La victime propitiatoire et le prêtre sont la même personne : celle du Christ. Seul le mode d'offrande est différent : le sacrifice est sanglant sur la Croix, il est non sanglant à la messe.
C'est l'âme en paix, réconciliée, que nous devons participer à la messe. Dans la liturgie de saint Jean Chrysostome, la grande litanie de la paix qui commence la liturgie débute par ces mots : En paix, prions le Seigneur. Cela indique bien dans quel esprit nous devons prier à la messe.

La prière de saint Ephrem, conférence, seconde partie

Comme dit St Paul : «  Satan se déguise en ange de lumière » et on peut prendre des choses comme venant de Dieu alors qu’elles ne viennent pas du tout de lui et s’emballer.
Il y a parfois des pensées de montée vers une certaine perfection mais qui peuvent être des tentations.
Il n’y a pas très longtemps, j’espère ne pas trahir un secret, un monsieur me disait qu’il était en train de prier et qu’il avait eu cette pensée, apparemment tout à fait excellente en disant son chapelet, qu’il devait faire une chose très dure, très exigeante.
En faisant un discernement et en posant des questions, je l’ai détrompé en lui disant que cette pensée ne venait pas de Dieu. Ce n’est pas parce que vous priez que toutes les pensées viennent de Dieu. On peut très bien avoir en priant et il faut le savoir, dans le combat de la prière, des pensées mauvaises. Ce serait trop simple, il faut un discernement après coup à chaque fois. Ce n’est pas parce que l’on s’est senti appelé à faire telle chose en priant que c’est nécessairement de Dieu. L’art du discernement est difficile et à partir du moment où l’on avance dans la vie spirituelle il faut souvent recourir aux conseils d’un maître spirituel. On peut très facilement tomber dans l’illusion et se casser la figure.

La prière de saint Ephrem, conférence, première partie

Voici une conférence que j'ai faite récemment aux oblats du monastère de Chevetogne sur la prière de saint Ephrem. J'ai gardé le style oral de ce texte.

Le Père Philippe m’a demandé de vous parler de la prière de St Ephrem, bien que je ne sois pas un byzantin ici, si ce n’est que je vais de temps en temps aux offices comme vous le savez et puisque au moins le dimanche, le samedi soir et une fois dans la semaine au moins, nous allons tous à l’église byzantine.
Je vais donc essayer de vous en parler. Alors, la prière que l’on appelle de Saint Ephrem, d’après les historiens, elle n’est probablement pas de Saint Ephrem lui-même parce que l’on a seulement des versions en grec ou en vieux slave. Alors que Saint Ephrem était un père de l’église du 4ème siècle qui écrivait en syriaque, il n’était ni un père latin ni un père grec mais un père oriental. A l’époque tout cela faisait une seule et même Église, il n’y avait pas encore les séparations qu’il y a maintenant. On pense donc que ce n’est pas lui qui l’a écrite mais plutôt que cela fait partie d’une tradition, d’un corpus de textes qui se réclament de lui. Comme c’est souvent le cas dans l’antiquité, à partir du moment où quelqu’un avait une certaine aura, on mettait sur son compte des textes dans le genre de sa pensée.
Enfin, on l’appelle la prière de Saint Ephrem. Elle n’est pas très longue et c’est une prière qui est utilisée dans le rite byzantin uniquement en Carême, elle est vraiment typique du Carême. Bien sûr, elle peut être utilisée dans la prière personnelle pendant le temps de Carême parce qu’elle exprime un peu la pénitence du Carême mais elle est utilisée dans la liturgie.

vendredi 2 mars 2018

Novitiate, film

Soeur Cathleen (Margaret Qualley)
Un film américain récent, Novitiate, de Margaret Betts, vaut la peine de quelques commentaires. On est embarrassé quand on désire comprendre les intentions profondes des réalisateurs. S'agit-il d'un film de plus pour salir le catholicisme ? Certains le comprendront ainsi. Cependant les quelques textes qui terminent le film, juste avant le générique, sur l'hémorragie dans les communautés religieuses féminines des années Soixante (des dizaines de milliers de religieuses ont quitté leur communauté aux États-Unis après le concile) permettent une interprétation différente.
L'argument du film est le suivant : Une jeune fille de 17 ans, Cathleen (Margaret Qualley), fille d'une mère agnostique, ressent depuis son adolescence le désir très fort de ne vivre que pour l'amour de Dieu. Elle entre dans une communauté contemplative très stricte où l'on vit cet idéal de la religieuse comme épouse de Jésus-Christ.

vendredi 16 février 2018

Le Christ au désert, homélie

Jésus après son baptême s'est rendu au désert. Dans le jeûne il s'est préparé à sa mission publique. Il a certainement longuement prié et vécu dans l'intimité de son Père. Il a aussi affronté Satan et a triomphé des tentations et des suggestions diaboliques. En ce carême, nous sommes invités à aller au désert en compagnie du Christ pour y rencontrer Dieu et vaincre les forces du mal.
D'abord ce carême est un temps où nous devons revenir à Dieu de tout notre cœur. Le carême est le temps liturgique par excellence de la retraite de l’Église. Voici ce qu'on peut lire dans le prophète Osée : Maintenant je vais la séduire ; je la conduirai au désert et je parlerai à son cœur. Dieu ici parle à son peuple, personnifié par l'épouse infidèle. Le carême doit être pour chacun d'entre nous un temps de solitude et de silence. Nous devons passer ce temps dans la solitude de la prière, un cœur à cœur avec le Seigneur. Nous devons cultiver le silence intérieur afin d'entendre la voix de Dieu qui nous parle au plus intime de notre conscience. Le cardinal Sarah, venu visiter récemment notre pays, a écrit un livre intitulé La Force du silence. Si nous ne savons pas faire taire en nous toutes les voix du monde et de la chair, nous ne serons pas capables de communier avec Dieu dans l'écoute de sa Parole. Or c'est ce que Dieu veut pour nous, que nous puissions l'entendre nous dire l'essentiel, l'éternel. Cet essentiel est qu'il nous aime et veut nous donner le vrai bonheur, la vraie vie, la vie éternelle. Et qu'il attend de nous en retour notre amour et notre fidélité.

jeudi 1 février 2018

Chandeleur, homélie prononcée en 2014

La fête de ce jour a reçu plusieurs dénominations, qui toutes évoquent un aspect essentiel du mystère célébré. Dans la tradition liturgique grecque, on parle de l'hypapante, mot grec qui signifie la rencontre, rencontre entre Jésus et Siméon, mystère de Dieu qui vient à la rencontre de son peuple. La liturgie latine parle de présentation du Seigneur au Temple: au début de sa vie, Jésus s'offre à son Père, pour le salut du monde, et il le fait par les mains de sa mère. On parle aussi de la Purification de Notre-Dame, pour rappeler que la sainte famille a observé les rites de purification, prévus par la loi mosaïque pour une femme qui a enfanté. Grand mystère: celui qui a donné la loi à Moïse sur le Sinaï se soumet lui-même à la loi et démontre ainsi qu'il veut vraiment partager la vie religieuse de son peuple. On parle enfin de chandeleur, pour rappeler que le Christ est la lumière qui brille dans nos ténèbres humaines.

samedi 27 janvier 2018

Réflexions sur l'unité des chrétiens

En conclusion de la semaine de prière pour l'unité des chrétiens, le père Jean Geysens, moine de Chevetogne, a fait part de ses réflexions à sa communauté monastique, par une causerie dont nous avons le plaisir de vous donner le texte.

Le passage de l'évangile proposé pour ce dernier jour vient de Jean 17. Il y a un beau petit n° du Catéchisme de l'Eglise Catholique à cet égard : Dans cette prière Pascale, sacrificielle, tout est récapitulé en Lui : Dieu et le monde, le Verbe et la chair, la vie éternelle et le temps, l'amour qui se livre et le péché qui le trahit, les disciples présents et ceux qui croiront en Lui par leur parole, l'abaissement et la gloire. Elle est la prière de l'Unité (n° 2748). Précisément : de quelle unité s'agit-il dans la prière dite sacerdotale du Christ, cité très souvent en contexte œcuménique ? Jusqu'aux premières décennies du XXème siècle, ces paroles (surtout le vs. 21) ont été comprises surtout comme une prière pour l'union de l'homme avec Dieu. Il s'agit d'une unité qui s'enracine en Dieu. Etre ancrés, enracinés, en Dieu, ainsi est la préoccupation principale de Jésus dans cette partie du discours d'adieu. L'unité entre les hommes et entre les disciples en particulier ne pourra devenir effective que si elle est basée sur ce qui est essentiel dans la foi, à savoir : l'union à Dieu, qui est la condition pour arriver à l'unité en Dieu.

mercredi 3 janvier 2018

Épiphanie homélie

Le Bon Dieu a voulu que les mages viennent à la crèche. Il les a appelés et conduits miraculeusement. Des mages païens, à la suite des bergers de la nuit de Noël, qui eux étaient juifs. Ainsi le divin Messie est né non seulement pour les juifs mais aussi pour tous les peuples de la terre. Le Bon Dieu veut être connu et aimé de tous les hommes. Aucun n'est exclu. L'épiphanie est une fête qui nous rappelle l'importance de l'évangélisation. Pensons à tous les peuples de l'Asie, Chine, Indes et Japon, qui ne connaissent pas encore le Christ. Petit à petit, ils vont s'ouvrir au message de l’Évangile. Pensons aussi aux musulmans. Il y a maintenant des musulmans qui se convertissent au Christ. Plutôt que d'avoir peur des islamistes, nous devrions courageusement annoncer Jésus-Christ et son message de paix et d'amour. Un chef religieux musulman en Algérie se plaignait à un prêtre catholique : pourquoi ne nous parlez-vous pas davantage du Christ ? Il y a une soif de découvrir Jésus-Christ chez plus de musulmans qu'on le croit.