lundi 22 octobre 2018

La prière du coeur (3)

Une voie vers la prière incessante



Mais comment maintenir une prière continuelle dans nos multiples activités? Et d'abord combien de temps devons-nous explicitement accorder à la prière actuelle dans nos journées? En soi, la prière habituelle devrait être constante, jour et nuit. C'est le but vers lequel il nous faut tendre. Mais la prière au sens courant de prière actuelle (réciter le chapelet, adorer le Saint-Sacrement, faire l'oraison mentale ou vocale…) ne peut se faire qu'à des moments limités et déterminés. Le bon sens le dit. A la question, il n'y a pas de réponse universelle. Tout dépend de nos devoirs d'état, qui expriment la volonté de Dieu sur nous. Voici à ce sujet ce que nous dit saint François de Sales: "Il nous faut aimer l'oraison, mais il la faut aimer pour l'amour  de Dieu. Or, qui l'aime pour l'amour de Dieu n'en veut qu'autant que Dieu lui en veut donner, et Dieu n'en veut donner qu'autant que l'obéissance le permet" (Introduction à la vie dévote, 1ère partie, chap. 26).

dimanche 21 octobre 2018

L'Antéchrist, selon Mgr Fulton Sheen


Mgr Fulton Sheen fut l’un des grands prédicateurs du 20e siècle. Nous avons déjà sur ce blog parlé de lui et de ce qu'il disait sur l'Antéchrist:

On peut aussi évoquer ici Wladimir Soloviev:


 Au cours d’une émission radiophonique du 26 janvier 1947, Mgr Fulton Sheen avait expliqué les 12 moyens employés par l’Antéchrist - une figure du Nouveau Testament - pour éloigner le plus possible de gens de Dieu.
L'Antéchrist sera-t-il un personnage historique ou le symbole de mouvements de pensée qui règneront un jour sur la terre, ce qui semble avoir déjà commencé? Peu importe. Ce qui est certain c'est que la venue de l'Antéchrist sera le prélude au retour et à la victoire finale du Christ, Roi de gloire. Du moins ce que Mgr Fulton Sheen va nous dire pourra nous aider à faire un discernement dans l'actualité religieuse d'aujourd'hui! 

jeudi 18 octobre 2018

La prière du coeur (2)

Le précepte et ses déviances

Au chapitre 18 de saint Luc, Jésus donne une parabole sur la nécessité de prier sans cesse sans jamais se décourager: la parabole de la veuve et du juge inique. "Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et n'avait de considération pour personne…". Dans ce passage, la prière est mise en lien avec la foi. Il s'agit de ne jamais se décourager, d'insister et d'être même importun. Cette persévérance et cette obstination envers et contre tout dans la prière est fondée sur la foi en un Dieu qui aime et qui fait justice.

Plus loin, au chapitre 21 nous lisons de même: "Veillez donc et priez en tout temps, afin d'avoir la force d'échapper à tout ce qui doit arriver, et vous tenir debout devant le Fils de l'homme". Dans ce verset, la prière est plutôt en parallèle avec la vigilance. Il y est question de l'attente eschatologique du Seigneur dans la prière (ce qui d'ailleurs justifie la prière nocturne). La prière est donc nécessaire pour nous préparer à la tentation et la vaincre. 

La prière du coeur (1)


Le Nouveau Testament nous invite en plusieurs passages à la prière incessante, qu'on peut aussi appeler la prière du cœur. A titre d'exemples, nous pouvons citer deux géants de la charité: l'abbé Pierre et sœur Emmanuelle du Caire. Parmi d'autres, deux traits leur sont communs: d'une part, durant toute leur vie, ils se sont consacrés aux autres et se sont engagés en faveur des pauvres et, d'autre part, la fin de leur vie fut vécue dans une prière incessante. L'abbé Pierre, dans le monastère où il s'était retiré, passait sa journée devant le Saint-Sacrement, dans l'adoration silencieuse. Quant à sœur Emmanuelle, elle égrenait sans cesse son chapelet, dans la contemplation des mystères du Christ et de la Vierge.

samedi 8 septembre 2018

La guérison du sourd-muet, homélie

Dans l'évangile que nous venons d'entendre, on demande à Jésus, une fois de plus, la guérison d'un malade ; ici il s'agit d'un sourd-muet.
Nous sommes tous d'une certaine manière face à Dieu des sourds-muets. Et nous avons nous aussi besoin d'être guéris. Nous sommes sourds par exemple, parce que nous ne voulons pas toujours entendre ce que Dieu veut nous dire. Nous avons besoin de silence intérieur pour entendre la voix de Dieu. Le manque de silence dans notre vie, le manque de méditation, le manque de prière font que nous sommes spirituellement des sourds et qu'au lieu d'être ouverts à la volonté de Dieu, nous sommes prisonniers de notre volonté propre, de nos rêves, de notre imaginaire et de nos passions.

jeudi 6 septembre 2018

Les jeunes, article pour la revue Radouga

Quelques réflexions sur les jeunes d'aujourd'hui


Sur le thème de la foi, la vocation et les jeunes, je voudrais vous proposer quelques réflexions et pensées qui me tiennent à cœur. Elles ne sont pas exhaustives mais mettent en lumière quelques aspects importants de la situation actuelle.

Fécondité et vocations

Le signe de la présence du Saint-Esprit dans une personne, une communauté ou une institution, c'est la fécondité. La troisième personne de la Sainte Trinité est en effet l'éternelle fécondité en Dieu. A l'origine, l'Esprit planait sur les eaux pour féconder la création. Par exemple, si une communauté religieuse a des vocations et si de nombreux jeunes la rejoignent, c'est bien parce que cette communauté est féconde et que l'Esprit l'anime. Par contre une communauté moribonde où depuis des années il n'y a plus aucune entrée est probablement une communauté sans avenir et d'où l'Esprit semble être sorti. Toutefois pour ces communautés, l'avenir reste inconnu et une résurrection est toujours possible. On a ainsi vu que l'arrivée d'un nouveau supérieur dans une communauté qui semblait morte, un supérieur rempli de l'Esprit, amenait à nouveau des vocations. On peut ici penser à la prophétie des ossements desséchés qui reprennent vie, que nous trouvons dans le prophète Ézéchiel : Alors il me dit : « Fils d'homme, ces ossements pourront-ils revivre ? » Je répondis : « Seigneur, c'est toi qui le sais ». Il me dit : Prophétise sur ces ossements, tu leur diras : Ossements desséchés, écoutez la Parole du Seigneur! Voici ce que dit le Seigneur à ces ossements : Je vais faire qu'un esprit entre en vous, et vous vivrez (Ez. 37, 3-5). Mais la règle générale est bien celle-là : là où demeure l'Esprit, il y a fécondité, il y a vie. De même si dans une paroisse naissent des vocations à la vie sacerdotale ou religieuse, c'est le signe que cette paroisse est bien vivante.