samedi 8 septembre 2018

La guérison du sourd-muet, homélie

Dans l'évangile que nous venons d'entendre, on demande à Jésus, une fois de plus, la guérison d'un malade ; ici il s'agit d'un sourd-muet.
Nous sommes tous d'une certaine manière face à Dieu des sourds-muets. Et nous avons nous aussi besoin d'être guéris. Nous sommes sourds par exemple, parce que nous ne voulons pas toujours entendre ce que Dieu veut nous dire. Nous avons besoin de silence intérieur pour entendre la voix de Dieu. Le manque de silence dans notre vie, le manque de méditation, le manque de prière font que nous sommes spirituellement des sourds et qu'au lieu d'être ouverts à la volonté de Dieu, nous sommes prisonniers de notre volonté propre, de nos rêves, de notre imaginaire et de nos passions.

jeudi 6 septembre 2018

Les jeunes, article pour la revue Radouga

Quelques réflexions sur les jeunes d'aujourd'hui


Sur le thème de la foi, la vocation et les jeunes, je voudrais vous proposer quelques réflexions et pensées qui me tiennent à cœur. Elles ne sont pas exhaustives mais mettent en lumière quelques aspects importants de la situation actuelle.

Fécondité et vocations

Le signe de la présence du Saint-Esprit dans une personne, une communauté ou une institution, c'est la fécondité. La troisième personne de la Sainte Trinité est en effet l'éternelle fécondité en Dieu. A l'origine, l'Esprit planait sur les eaux pour féconder la création. Par exemple, si une communauté religieuse a des vocations et si de nombreux jeunes la rejoignent, c'est bien parce que cette communauté est féconde et que l'Esprit l'anime. Par contre une communauté moribonde où depuis des années il n'y a plus aucune entrée est probablement une communauté sans avenir et d'où l'Esprit semble être sorti. Toutefois pour ces communautés, l'avenir reste inconnu et une résurrection est toujours possible. On a ainsi vu que l'arrivée d'un nouveau supérieur dans une communauté qui semblait morte, un supérieur rempli de l'Esprit, amenait à nouveau des vocations. On peut ici penser à la prophétie des ossements desséchés qui reprennent vie, que nous trouvons dans le prophète Ézéchiel : Alors il me dit : « Fils d'homme, ces ossements pourront-ils revivre ? » Je répondis : « Seigneur, c'est toi qui le sais ». Il me dit : Prophétise sur ces ossements, tu leur diras : Ossements desséchés, écoutez la Parole du Seigneur! Voici ce que dit le Seigneur à ces ossements : Je vais faire qu'un esprit entre en vous, et vous vivrez (Ez. 37, 3-5). Mais la règle générale est bien celle-là : là où demeure l'Esprit, il y a fécondité, il y a vie. De même si dans une paroisse naissent des vocations à la vie sacerdotale ou religieuse, c'est le signe que cette paroisse est bien vivante.

lundi 13 août 2018

La Force du silence

L'assomption homélie


Dans l'orient antique, circulaient de pieuses légendes, des récits apocryphes sur le départ de cette terre vers le ciel de la Mère de Dieu, et elles sont reprises dans la deuxième homélie sur la dormition de saint Jean Damascène. Ces traditions inspirent les textes de l'office byzantin de ce jour ainsi que la grande fresque de cette fête, que j'ai sous les yeux dans la nef de cette église. Vous aurez tout loisir d'admirer cette fresque après la liturgie.
Marie, dans les dernières années de sa vie, était revenue à Jérusalem et elle passait son temps dans la prière et la contemplation en visitant les lieux où son divin Fils avait opéré notre salut : le cénacle, le chemin de la croix, le calvaire et le saint sépulcre. Elle aspirait de plus en plus à rejoindre son fils dans le ciel et elle sentit sa fin approcher.

mardi 31 juillet 2018

Renaître d'en haut

C'est un livre fondamental qu'a écrit le Père Joël Guibert : Renaître d'en haut. Une vie renouvelée par l'Esprit Saint (Éditions de l'Emmanuel, 2008). Il s'agit ni plus ni moins de tout un traité de vie spirituelle, et qui reprend des enseignements traditionnels qui vont de saint Jean de la Croix à sainte Thérèse de Lisieux, en passant par sainte Thérèse d'Avila, saint Louis-Marie Grignon de Montfort, saint Maximilien Kolbe ou Marthe Robin, et j'en passe. Le thème fondamental est qu'une vie chrétienne authentique consiste en un basculement dans le Saint-Esprit. Il ne s'agit plus de faire des choses pour Dieu, mais de les faire en Dieu, à partir de Dieu. L'ouvrage se divise en deux parties. La première est une autobiographie, dans laquelle l'auteur raconte l'histoire de sa vocation, sa vie de prêtre et comment à partir de ses épreuves il en est arrivé à se donner totalement à l'Esprit, en particulier grâce à une de ses vieilles paroissiennes, Mercedes, une personne lumineuse, complètement habitée par l'Esprit. La deuxième partie consiste à décrire ce que signifie et comment se livrer à l'Esprit.

jeudi 5 juillet 2018

Jésus guérit les malades et chasse les démons, homélie

Homélie pour le septième dimanche après la pentecôte dans le rite byzantin, où on lit l'évangile de la guérison de deux aveugles et d'un démoniaque muet (Matthieu 9, 27-35)

En plusieurs passages, l’Évangile nous brosse un sommaire de l'activité missionnaire de Jésus durant son ministère public. Il nous est dit entre autres que Jésus guérissait des malades et expulsait des démons. Par sa Croix et sa Résurrection, le Fils de Dieu a vaincu le diable et le mal sous toutes ses formes. Jésus a donné à ses disciples toute autorité et mandat de faire la même chose que lui : guérir les malades et chasser les démons. Les disciples sont donc appelés à communiquer aux hommes la victoire que Jésus a acquise sur le mal, à communiquer la guérison et la libération apportées par la rédemption acquise par Jésus, notre seul Sauveur. De nos jours, cette réalité de la mission des disciples du Christ est particulièrement vécue dans le cadre du renouveau charismatique. Né dans le milieu protestant pentecôtiste, ce renouveau a pénétré l’Église catholique, d'abord aux États-Unis dans les années soixante du siècle dernier.