vendredi 8 juin 2018

Les douze promesses du Sacré-Coeur

Les douze promesses faites par Notre-Seigneur à sainte Marguerite-Marie en faveur des personnes qui ont une vraie dévotion à son divin Cœur:

1. Je leur donnerai toutes les grâces nécessaires dans leur état
2. Je mettrai la paix dans leurs familles
3. Je les consolerai dans toutes leurs peines
4. Je serai leur refuge assuré pendant la vie et surtout à la mort
5. Je répandrai d'abondantes bénédictions sur toutes leurs entreprises
6. Les pécheurs trouveront dans mon Cœur la source et l'océan infini de la miséricorde
7. Les âmes tièdes deviendront ferventes
8. Les âmes ferventes s'élèveront rapidement à une grande perfection
9. Je bénirai les maisons où l'image de mon Cœur sera exposée et honorée
10. Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les cœurs les plus endurcis 
11. Les personnes qui propageront cette dévotion auront leur nom écrit dans mon Cœur et il n'en sera jamais effacé
12. Dans l'excès de la miséricorde de mon Cœur, son amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredis du mois, neuf fois de suite, la grâce de la persévérance finale

samedi 19 mai 2018

La grâce du Saint-Esprit

Voici quelques extraits intéressants du Catéchisme biblique, traduction d'un catéchisme allemand, publié au Cerf en 1958.

L'Esprit-Saint qui est descendu sur les apôtres et les disciples à la Pentecôte est vrai Dieu comme le Père et le Fils. C'est pourquoi il est adoré et glorifié de la même manière que le Père et le Fils.

jeudi 5 avril 2018

Homélie pour le dimanche de la miséricorde

On sait que la miséricorde tient une grande place dans la vie spirituelle du pape, comme elle était aussi au cœur de la vie de saint Jean-Paul II. Le pape François a confié un jour comment était née sa vocation. Alors qu'il était un jeune lycéen, un 21 septembre, fête de saint Matthieu, il entra dans une église de Buenos Aires, pour se confesser. A cette occasion, il fit une expérience intérieure de la divine miséricorde, qui fut si profonde, qu'il sentit qu'il valait la peine désormais d'y consacrer sa vie. Telle fut l'origine de son appel à se donner totalement à Dieu.
L'évangile que nous avons entendu nous parle justement de ce mystère. Jésus envoie ses disciples, en leur donnant le Saint-Esprit, afin qu'ils aillent dans le monde, vers les hommes, leur apporter le pardon des péchés. C'est donc le soir de la résurrection que Jésus a institué le sacrement de la réconciliation, le sacrement du pardon et de la miséricorde.

mercredi 28 mars 2018

Pâques, homélie pour la messe du jour

Frères et sœurs, les Évangiles témoignent de la foi de l’Église, de la communauté chrétienne, en la résurrection du Seigneur Jésus, de sa victoire totale et définitive sur la mal et la mort. Ce témoignage s’articule sur trois éléments qui se combinent entre eux et qui ont chacun leur importance propre : le tombeau vide, les apparitions du Seigneur ressuscité, le témoignage des Écritures, en particulier des prophètes et des psaumes.

Vendredi-Saint, homélie

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? Ce cri de Jésus sur la Croix est une parole étrange pour le croyant. Dieu n'abandonne jamais ses amis. Tant de psaumes le disent, et en particulier ce psaume 21, que Jésus reprend ici, et qui se termine par une exultation pour la délivrance que Dieu apporte à son serviteur, au terme d'une épreuve qui ne dure qu'un moment.
Nietzsche a été jusqu'à dire que Jésus à ce moment terrible avait perdu la foi et avait compris que sa mission n'était qu'une illusion. Nous ne pouvons pas être d'accord avec cette manière de voir les choses. Car après ce cri de détresse de Jésus, il y a sa dernière parole: Père, en tes mains je remets mon esprit. Oui, le cri de Jésus, se sentant abandonné, nous scandalise, et pourtant il est là mystérieusement.

mardi 27 mars 2018

La messe, sacrifice de réconciliation, article pour Radouga


La messe, sacrifice de réconciliation

Le Christ, notre réconciliation dans l'eucharistie

Par sa mort sur la Croix, Jésus-Christ a réconcilié l'humanité avec le Père et aboli les séparations entre les hommes en détruisant le mur de la haine. Il a ainsi apporté la paix véritable à l'humanité. Ce sacrifice de réconciliation et de paix est rendu présent en chacune de nos messes. Il y a une identité substantielle entre le sacrifice de la Croix et celui de la messe. La victime propitiatoire et le prêtre sont la même personne : celle du Christ. Seul le mode d'offrande est différent : le sacrifice est sanglant sur la Croix, il est non sanglant à la messe.
C'est l'âme en paix, réconciliée, que nous devons participer à la messe. Dans la liturgie de saint Jean Chrysostome, la grande litanie de la paix qui commence la liturgie débute par ces mots : En paix, prions le Seigneur. Cela indique bien dans quel esprit nous devons prier à la messe.

La prière de saint Ephrem, conférence, seconde partie

Comme dit St Paul : «  Satan se déguise en ange de lumière » et on peut prendre des choses comme venant de Dieu alors qu’elles ne viennent pas du tout de lui et s’emballer.
Il y a parfois des pensées de montée vers une certaine perfection mais qui peuvent être des tentations.
Il n’y a pas très longtemps, j’espère ne pas trahir un secret, un monsieur me disait qu’il était en train de prier et qu’il avait eu cette pensée, apparemment tout à fait excellente en disant son chapelet, qu’il devait faire une chose très dure, très exigeante.
En faisant un discernement et en posant des questions, je l’ai détrompé en lui disant que cette pensée ne venait pas de Dieu. Ce n’est pas parce que vous priez que toutes les pensées viennent de Dieu. On peut très bien avoir en priant et il faut le savoir, dans le combat de la prière, des pensées mauvaises. Ce serait trop simple, il faut un discernement après coup à chaque fois. Ce n’est pas parce que l’on s’est senti appelé à faire telle chose en priant que c’est nécessairement de Dieu. L’art du discernement est difficile et à partir du moment où l’on avance dans la vie spirituelle il faut souvent recourir aux conseils d’un maître spirituel. On peut très facilement tomber dans l’illusion et se casser la figure.